Douala

 

Il est des pays qu'on ne regrette pas de quitter. 

Parce qu'entre nous, franchement, les camerounais ne manquent pas d'humour. Si, si je vous assure! Ce pays continue d'être la risée du monde entier. Même les Iraniens, les Chinois et les Ougandais doivent se marrer à l'abri des regards. 

En début de semaine dernière encore, un homme, défendu par l'avocat Michel Togue, a été reconnu coupable d'homosexualité par un tribunal camerounais. Parmi les motifs retenus pour la condamnation : la profession de l'accusé, coiffeur pour hommes, et son penchant pour le Baileys. En revanche, aucune trace de véritables preuves concernant "des relations sexuelles entre personnes du même sexe", comme le requiert pourtant l'article 347 bis du code pénal camerounais. [...] cette affaire est loin d'être une exception. "Qui commanderait du Baileys, si ce n'est une fille ?", s'est ainsi interrogé un juge dans une affaire similaire, il y a quelques mois. (source Jeune Afrique) 

Que vous soyez hétéro, homo, bi ou je ne sais quoi, sachez déjà que les compétences des juges de ce genre sont suspectes. Il faut se demander s'ils sont vraiment diplômés pour sortir des conneries pareilles. Si oui, il faut se poser la question suivante : où ont-ils obtenu leurs diplômes. Peut-être à l'occasion d'un carnaval ? On voudrait rigoler mais l'affaire est très triste...

Allez, quelques chiffres : 48% pour cent de la population camerounaise vit en dessous du seuil de pauvreté. Le taux de chômage est de 30%.  Sur les 230.000 kilomètres de toutes principales, seulement 4300 kilomètres sont bitumées. Je n'ai pas besoin d'aller plus loin, vous voyez, ce pays a suffisamment pleins de problèmes. Et bien non, la préoccupation des juges c'est de savoir si quelqu'un est homosexuel, de prouver qu'il l'est, même avec des arguments complètements idiots, et de le foutre en prison. Est-ce qu'une fois que l'homosexuel est mis en prison, la société civilse se porte mieux ? Non. Ni mieux, ni pire. Est-ce que les gens trouvent du boulot, mangent mieux, vivent mieux ? Non. C'est là qu'on voit que l'homophobie (la haine de tout ce qui n'est pas hétérosexuel) est non seulement absurde, dangereuse, mais qu'elle concerne tout le monde, et pas simplement les homosexuels. Aujourd'hui c'est le Baileys, demain ce sera sûrement du jus d'orange, du fanta : la connerie, quand on la laisse agir, n'a pas de limite. L'ennui c'est quand elle est  légitimée par les instances suprêmes d'une nation. Et avec ce genre de comportement, il y a quand même des Camerounais pour croire qu'ils peuvent être pris au sérieux un beau jour et parler sur un pied d'égalité avec d'autres nations dont les dirigeants se foutent éperdumment de savoir si untel ou untel est 'pédé' ou pas. 

Triste pays.

 

Luc Melmont