ESSENTIEL_haute_r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Essentiel est un ouvrage plutôt remarqué dans le milieu de la poésie. Difficile de dire que cela est dû à une politique de communication huilée. La poésie n'a jamais été vraiment un domaine vendeur. Totuefois le poète antillais David Andrew se démarque de nombreux poètes par sa faculté, son talent à faire converger des thèmes aussi différents que l'esclavage, la femme, l'homosexualité, la plénitude, la pédophilie. La plupart des textes, écrits en français sont également traduits en créole, créole martiniquais, créole haïtien, créole guadeloupéen...

La couverture élégante avec Nefertiti, qui a fait l'objet d'une mini-polémique de la part de certains puristes -pourquoi l'Egypte quand des poèmes abordent les Antilles ?- ne doit pas faire illusion. Par là-même, le poète atteint également une universalité réelle, et non une universalité de pacotille. L'Essentiel est une oeuvre métisse, mais il faut comprendre le métissage au sens réel- littéral du terme, l'emploi du mot métissage ici n'est pas galvaudé. Terres et hommes se mélangent, ne font qu'un dans une gigantesque mécanique des fluides, opéra de vers chatoyants. Chamoiseau, Glissant et Condé ne sont pas loin. Et si le milieu littéraire-poétique ne le sait pas encore, David Andrew est peut-être en train de construire un mythe à lui tout seul.L'avenir nous le dira...


Ce n'est qu'un avis personnel, c'est vrai. Et après tout un lecteur peut ouvrir ce recueil, le lire sans enthousiasme, hausser les épaules, referme l'ouvrage et dire : bah!

Ils ne sont pas pourtant pas nombreux les jeunes poètes en France à voir des ouvrages publiés et vendus sur leur seul nom et à draîner déjà un public. Saluons également la prise de risque et l'audace de la maison d'Edition Les 2 Encres, qui loin d'avoir la force de frappe de maisons d'éditions plus en vue (Flammarion, Gallimard, Phébus etc) fait preuve parfois de plus d'originalité et également d'une recherche soignée en terme de présentation d"ouvrages, souples, couvertures en couleurs, illustrations à l'intérieur -ici, elles sont signées Jean-Jacques Kelner.

 

David Andrew a interprété sur scène, accompagné de musiciens, ses poèmes sans tomber dans les travers du slam. Il est également récité par d'autres artistes. Poète à la voix chantante, à la silhouette séduisante, artiste à la fois de France et d'ailleurs, David Andrew à travers ses poèmes nous invite à aller loin, loin, très loin au delà des rivages de l'imagination...

 

David_Andrew

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait :

Maman

Dans les douleurs de l’enfantement
Avec force et amour
De ta chair et de ton sang
Dès mon cri et pour toujours,
Le fruit d’une osmose parfaite.

Comment te dire toute ma gratitude ?
Grâce à toi, mon cœur est en fête,
Tout mon être jubile malgré les vicissitudes.
Regarde-moi, regarde, ô tendre mère,
Ton fils qui pour toi veut se faire.

Triste récompense ou erreur de l’enfance,
Parfois, on ne fait pas les bons choix,
Et en nous tu ne vois le pourquoi
De toutes tes souffrances.

Mais inébranlable en nos esprits,
Ancrée en nous : de toi on naît
Et tous : grands et petits
On n’aspire qu’à ta paix.

 

Manman

Adan doulè an vwèjou
Byenmèsi fòs é lanmou
Menm lachè menm san
Dèpi prèmyé son-vwa jik dènyé souf-kyè
Vou é mwen an senbyòz asi latè

Pé pa ba-w tann tout chaj mèsi mwen ni pou di
Kyè an-mwen an gran kontantman, manman chéri
Magré tribilasyon, tout kò an-mwen an jibilasyon
On ti gadé, on ti koutzyé, manman dousè
Sé ba-w pitit a-w ka nòz doubout asi latè

Pa mandé pouki, sé chaj a lavi,
Délè, nou pa pli sav kilès kòd pou rédi
Afòs fouyé, dé zyé a-w ka mandé suiyé
Fè é doulé ou ja pasé

Kantmenm, adan lèspri an-nou, ou dwèt pikyèt
Byen chouké : sé adan-w nou vwèjou
É noutout : piti kon gran gòlèt
Ba-w nou vlé kyouyi yenki fwi dou

Kréyòl Gwadloup

 

 

 

David Andrew

L'Essentiel

Editions les 2 Encres, collection Culture sans frontière

En vente dans toutes les librairies - et en ligne

environ 10 euros

 

Luc Melmont